A la rencontre d'un nouveau départ imminent...

Publié le par Maman louve (LaSeve)

 

Après une bonne nuit, le réveil ce matin est plus difficile que je le pensais. Tout tourne vite dans ma tête, surtout les doutes et les peurs.

 

Hier, nous avons donc eu LE rdv que nous attendions à l'IME. Après 35 minutes de route, on débarque en rase campagne, dans un village où le silence surprend, glace un peu aussi en cet après-midi d'hiver. Là une sorte de grande bâtisse ancienne en rénovation nous attend, ça a l'air petit comparé à un autre IME visité ya plus d'un mois. Je suis stressée.

 

Nous sommes reçus papa maman et Teiva par deux femmes très empathiques, à l'écoute, avec bcp de questions elles aussi sur l'histoire de Teiva, nos attentes et leurs premières propositions. Elles se veulent rassurantes, la coordonnatrice commence déjà à parler organisation de l'accueil de notre fils, les transports, les détails. Il a sa place là bas, il est attendu.

 

On envisage de lui faire faire sa rentrée après les vacances de février, il nous reste un peu plus de 3 semaines pour préparer l'accueil de notre fils dans les meilleures conditions possibles, en prenant le temps de faire une adaptation et une observation sur place pour qu'on puisse lui offrir le meilleur accueil possible. 3 semaines, c'est bien, c'est court en même temps. J'ai la trouille, ma peur de l'abandon ressurgit encore plus fort, le cordon à couper entre mon louveteau et sa maman louve tient encore très fort, c'est un déchirement que j'anticipe très très mal. Il le faut pourtant. Pour lui.

 

Puis nous sommes reçus par le pédopsychiatre rattaché à la structure d'accueil. Il a un air baba cool, une longue barbe blanche stylé père noël, Teiva n'est pas impressionné par ce grand bonhomme et il l'adopte presque'immédiatement. Normal, il lui a prêté d'immenses tortues en peluche et un maxi serpent à sonnettes, qu'il s'empresse d'enrouler autour du cou du doc... Il est très différent de l'autre pédopsy qui nous aide depuis qq années déjà, il est à la fois très au contact physiquement avec Teiva, et très cash avec nous ses parents. Il est cependant très connu dans le département et a l'air de savoir de quoi il parle et de l'assumer clairement.

 

Il retrace l'historique, grossesse et toute petite enfance, sommeil, propreté, difficultés rencontrées, séparation des parents, relations dans la fratrie etc etc etc.... Puis le couperet tombe, il veut mettre Teiva sous Ritaline à l'essai pendant un mois, pas convaincu d'une hyperactivité "clasique", mais plutot pour se dire qu'on aura écarté cette question pour la suite. Il pense que le traitement ne devrait rien donner. J'avoue que j'arrive pas à suivre le fond de la démarche. Il pense (comme l'autre pédopsy) qu'il aura plus besoin d'un coup de pouce pour gérer ses angoisses qui le parasitent...

 

Nous sommes sous le choc, on est déjà en pleine digestion de cette nouvelle façon d'aller "à l'école" qu'il faut en plus accepter (car on nous presse dans ce sens) de le mettre sous cachetons. Il parle déjà d'ordonnance. On termine donc cette entrevue là dessus, il a vraiment pris du temps pour nous, nous encourage à aller au devant de lui à chaque question ou problème rencontrés, sa porte est grande ouverte, même si en parallèle on se sent mal avec tout ça.

 

Ca fait déjà 2 heures que nous sommes là, on s'épuise et pourtant on a tellement encore de questions à poser, besoin d'être rassurés, aiguillés, épaulés. On termine par le passage préféré de la journée pour titi, la visite de l'établissement ! Effectivement c'est petit, mais les "groupes classe" sont constitués de 4 à 8 enfants max. Je précise que Teiva serait le 32 ème élève sur les 35 places agréées IME par le Ministère de la santé. Il y a aussi 25 autres places pour des enfants ITEP (les anciens IR = instituts de rééducation). Cette conjoncture de l'établissement, permet une organisation des groupes au mieux des besoins, ils font des passerelles entre les "types" de handicap, chacun n'est pas cloisonné dans son carcan. L'école publique du village travaille aussi régulièrement avec l'Institut et accueille des scolarisations partielles. Elle est à  150 mètres en plus !

 

Lors de cette visite des classes, on croise des enseignants attentifs à dire bonjour au futur copain de classe, c'est d'ailleurs l'heure du gouter et je note avec plaisir que c'est un vrai moment d'échange et de vie de classe, le goûter collectif est pris en classe et fourni par l'IME. Les enfants paraissent plutot calmes, même les ados, mais pas assommés de cachetons comme j'ai pu en voir dans d'autres endroits lors de mes différents remplacements...

 

La coordonnatrice voit bien mes larmes monter et mon inquiétude quant à cette histoire de Ritaline, elle me rassure et trouve les mots : "ici on n'assomme pas les enfants pour être tranquilles, et le Dr B. n'est pas un grand utilisateur de médicaments"...

 

On se quitte dans la cour, Teiva a bien accroché sur le panier de basket et le maxi toboggan dans la petite cour, il est instinctivement rentré dans toutes les classes pour voir par lui même, tripatouiller tout ce qu'il a pu en un temps record, et même aider des grands à porter des planches parce qu'ils fabriquaient des mangeoires à oiseaux... D'ailleurs il pourrait ne pas être avec les plus jeunes, mais avec des un peu plus âgés que lui.

 

D'ici qq jours, la coordonatrice doit me rapeller pour commencer à organiser un premier accueil, une demi journée, puis un peu plus etc... Nous repartons épuisés tous les trois. Je me rends compte que je suis bien toujours en deuil, que j'ai pas encore digéré que mon fiston lui aussi ait besoin d'une école spécialisée. C'est dur, très très dur. Culpabilité, jugement, incompréhension ont été notre lot depuis tellement de mois.

 

La solution parait proche, elle n'en est pas moins effrayante pour autant. J'ai encore bcp de travail de mon côté pour vivre au mieux tout ça. Le sourire de mon fils et SON accord pour aller dans cet IME me disent que nous sommes sûrement sur la bonne route, je l'espère de tout mon coeur en tout cas.Et puis mon chéri qui considère mes enfants comme les siens, sait que j'ai encore besoin de lui pour traverser cettte période, ses mots hier soir au téléphone, son petit apparté avec mon fiston, l'échange avec Zoé hier soir via face book, tous ces petits détails et vos présences sont extrêment précieux et vont l'être encore plus ces prochaines semaines. Merci d'avance à celles et ceux qui sont là, contre vents et marées. Les amis, les vrais.

Publié dans Mes louveteaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sandrine Vigneron 31/01/2012 19:40

Et bien moi j'y crois très fort, vous êtes sur la bonne route ! Je pense très fort à vous ! Bisouilles plein de tendresse !

Maman louve (LaSeve) 31/01/2012 20:16



Merci ma belle et à vendredi ! (dans un tout autre registre je confirme)...



Nathalie 31/01/2012 18:58

Une nouvelle épreuve à surmonter... Un nouveau défi à relever... En tout cas, le personnel de l'IME a l'air rassurant et sympathique. Normal qu'un traitement puisse te faire peur. N'hésite pas à
l'exprimer au médecin ainsi qu'à la coordinatrice. Difficile parfois de comprendre pourquoi un médecin propose un traitement alors qu'il n'est pas certain de son efficacité. Mais, dans le domaine
des médications de ce type, on avance souvent à tâtons.
Ce qu est encourageant c'est la temps qu'ils vous ont consacré pour vous expliquer comment cela allait se passer pour que Téiva se sente mieux. Il a en tout cas eu l'air de bien prendre ses marques
et c'est déjà un pas vers sa nouvelle rentrée.
Courage ! Bises.

Maman louve (LaSeve) 31/01/2012 20:15



Merci miss



saperlipopette 31/01/2012 14:47

on ne ce connait pas , je suis tres touchee par votre histoire et vous apporte tout mon soutien , tres touchant vos textes , mes poils ce dressent ..... milles pensees

Maman louve (LaSeve) 31/01/2012 17:26



Merci beaucoup en retour, ça aide de partager et de savoir que même des inconnus peuvent insuffler des ondes positives. On ne choisit pas ce qui peut nous arriver dans la vie, mais on a toujours
la possibilité de se battre ! Grosses bises.



Zoe 31/01/2012 13:11

aujourd'hui, demain...je suis là...

Maman louve (LaSeve) 31/01/2012 13:14



Merci ma Zoé, je le sais ! En mode kleenex, yeux mouillés et tisane brûlante !



sophie 31/01/2012 12:51

Un contact de loin en loin entre nous mais toujours beaucoup d'émotions à te lire... Je suis de tout coeur avec toi et je sais que tu seras forte (même si ça fait super du bien parfois de lacher
prise et de noyer tout ça dans un délicieux bain moussant !). Bisous.

Maman louve (LaSeve) 31/01/2012 13:13



Oh ma sophie ça me fait bien plaisir cette petite pensée ! Et oui le bon vieux bain a encore des vertus et je m'y love de temps en temps, avec huiles essentielles et musique apaisante :) Grosses
bises.